Grandir

« Je n’ai pas les codes » : témoignages

Par Virginie Pourquéry et Renaud du Mas de Paysac

Quatre personnes ayant pris l’ascenseur social témoignent de leur expérience

« Ce n’est pas pour toi ! » Combien de fois cette formule décourageante a-t-elle freiné les élans de ceux qui voyaient grand ? De très belles personnalités issues de l’ascenseur social et accompagnées par Grandir réussissent professionnellement. Elles n’avaient pourtant pas les codes mais elles ont toutefois réussi à combler ce manque grâce à leurs points d’appui. Lesquels?

Morceaux choisis.

Orlane :

« Je n’ai pas renié qui j’étais, ni ne me suis mentie, ni n’ai menti aux autres. Je suis restée authentique. Issue de l’immigration mais implantée par un heureux hasard à Neuilly, j’étais bonne élève, je me suis fondue dans la masse. Mes parents ne comprenaient pas grand-chose, ils me laissaient faire, ils ont eu confiance. Mes centres d’intérêt, mes passions ont gommé les différences.

Observatrice, curieuse, mon parcours a développé ma sensibilité. C’est un des facteurs qui permet de décoder. J’ai aussi osé demander de l’aide aux personnes qui m’ouvraient leurs portes.

Quelquefois cependant j’ai encore l’impression de ne pas être à ma place alors je puise tout au fond de moi en me disant « si, j’ai tout à fait le droit d’être là ! ». Mais je n’oublie pas la réalité ni d’où je viens : je suis vraie par rapport à cela. »

 

Jérôme :

« J’ai choisi de rejoindre des structures où l’appartenance à une condition sociale, à une caste, à telle ou telle grande école n’était pas un prérequis. J’en ai pris conscience lors de mes études à l’étranger. Loin de ces contraintes, du regard de la société française, tout paraissait possible. Un grand groupe ne m’aurait pas permis de progresser à la fonction que j’occupe. J’ai pu, dans une PME utiliser mes forces, d’abord inconsciemment puis consciemment : mon intuition, mon goût pour le jeu, mon sens du collectif. J’ai navigué au milieu des contraintes. Cependant ma plus grande difficulté a été d’assumer ma progression.

En comparaison avec des personnes issues d’un milieu social plus élevé, le manque de culture (musicale, artistique, littéraire etc.) m’a aussi marqué. Cette culture s’acquiert au fur et à mesure de l’enfance. Est-ce que cela peut se rattraper ? Je ne le pense pas même s’il n’est jamais trop tard pour s’y intéresser. Cela reste un manque, ce n’est plus un obstacle. »

 

Célia :

« Je n’avais pas conscience que l’absence de codes était une barrière et je n’avais pas imaginé que cela pouvait être une difficulté. Lorsque parfois je parle de mon parcours, je ressens un frein face à quelqu’un que je crois important.

En entreprise, parce que j’apporte ma propre valeur, le reste importe peu. Il y a de multiples moyens de contourner ces freins mais cela nécessite d’apprendre des codes, d’apprendre à se positionner. J’arrive à décoder les gens avec lesquels je travaille, je vois comment ils fonctionnent et je peux me comporter de façon adaptée, ajustée. J’arrive ainsi à me mettre à un niveau quasi identique à celui de mon interlocuteur.  Cela passe par la prise de conscience de ce que je suis capable de faire. Ce qui m’a propulsé c’est le regard positif et de bienveillance qui a été porté sur moi par certaines personnes.

Il y a un certain nombre de choses que j’ai réalisées et dont je suis très fière. Je ne raconte cependant pas tout dans ma famille ou mon environnement. Je ne veux pas passer pour prétentieuse, je ne suis pas sure que je serai comprise. »

 

Sonia :

« Mes parents sont analphabètes. Comme il n’y avait pas de livres chez nous, j’adorais lire ! Cela m’a propulsé vers autre chose. Je suis curieuse, chaque chose que je découvrais alimentait un cercle vertueux.

Je n’avais pas de réseau, c’est ce qui m’a manqué. J’ai été obligée de le construire. Je suis devenue pugnace, opiniâtre, acharnée. Quand on me dit « tu ne vas pas y arriver » je me dis « ça c’est un challenge pour moi ! ». J’ai été jusqu’au BTS mais quand j’ai découvert que je pouvais prétendre à d’autres écoles, c’était trop tard. J’ai dû me développer par d’autres biais. Le fait d’avoir 40 ans, d’avoir fait un travail sur moi, je me dis : « une grande école, et alors ? ». Aujourd’hui, cela ne me touche plus.  Auparavant, je me disais « je n’ai pas fait cette école, aurais-je les compétences » ? En contrepartie j’ai bossé deux fois plus.

Ce qui m’aide : je reste loyale vis-à-vis de moi-même et du milieu social dont je suis issue. »

 

Ce que l’on peut retirer de ces interviews : tous ont construit leur évolution à partir du meilleur d’eux-mêmes. S’ils n’avaient pas les codes ou s’il leur manque encore des éléments, cela n’est pas un handicap pour eux. L’ascenseur social est facilité bien sûr par le regard bienveillant de l’extérieur et l’entraide. Il est surtout la marque de personnalités déterminées.

 

Merci à Orlane, Jérôme, Célia, Sonia qui ont accepté de partager en vérité ce qu’ils vivent et ont vécu.