Grandir

Le sens

Par Marie-Luce Barthélémy

« Le sens de la vie est la plus pressante des questions », Albert Camus

Le professeur Pierre-Yves Gomez, professeur à l’EM Lyon, conclut, à la suite d’une enquête qu’il a menée, que l’aspiration première des personnes qui travaillent est : se sentir utile. La deuxième ; trouver un équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle. Attachons-nous dans notre propos à la question du sens (se sentir utile) qui fait également écho chez les personnes, les équipes et les organisations que nous accompagnons.

Ce mot vient du latin sensus (« percevoir par les sens, ressentir ») et en langues germaniques de sen («direction, chemin»).

Le sens comme ressentir    

Le premier pas pour trouver du sens, est d’apprendre ou réapprendre à se connaître pour réveiller ses sens, trouver une harmonie, être libre !

Cette première étape accomplie, je ressens dans mon corps, mon cœur et mon esprit une sensation de paix et de joie parce que je sais où je vais et pourquoi j’y vais. Alors je me mets en marche et je prends un chemin, une direction avec en vue un but à atteindre.

Le sens comme direction

Mon existence prend sens lorsque j’atteints les buts fixés, l’un après l’autre…Jusqu’à approcher au plus près du but ultime…Le bonheur…

Ce qui importe, ce n’est pas seulement de prendre la direction, c’est aussi de passer les étapes successives pour arriver au but. Elles me construisent, je sens une cohérence et y trouve une signification.

Le sens comme signification

Le sens est également synonyme de ce que cela veut dire et de raison d’être ; la raison d’être nous dit le dictionnaire du CNRS c’est « Vivre une vie pleinement humaine, la volonté d’être, le bonheur d’être ».

Ainsi, signifier par des actes le sens que je donne à ma vie me renvoie à qui je suis et à la complexité de mon environnement. Cela me conduit à bien juger pour faire des choix.

Le sens comme capacité à bien juger

Marc Aurèle demande avant de s’engager de « Regarder au fond des choses ; en aucune, que ni sa qualité propre ni sa valeur ne t’échappe ». Et encore « La constitution de l’être raisonnable comporte qu’il ne soit ni prompt à juger, ni facile à tromper ».

La question du sens et le bien juger nous renvoient à la notion de temporalité ; le présent prend sens par rapport au passé et prépare l’avenir.

Ayant tous les éléments en main, je peux donc évaluer avant de m’engager.

Puis-je le faire seul ?

Paul Ricoeur nous dit que le travail du sens ne peut se faire seul, cela ne signifie pas en être incapable. Le sens ne peut émerger que dans la délibération interpersonnelle. Réflexivité et altérité se pensent ensemble.

Il s’agit de co produire du sens… Pour aider les personnes, les équipes et les organisations à se sentir utile